Je t'aime moi non plus

Je t’aime. Moi aussi / Moi non plus.

 

Il arrive souvent que lorsque quelqu’un nous dit “Je t’aime” on se sente obligé d’y répondre. Parfois sans sincérité, juste parce qu’on considère que “cela se fait: tu me donnes quelques chose, je dois donc te rendre quelque chose”. Parfois, avec sincérité, mais avec une précipitation qui frôle le rejet. 

  • Je t’aime.
  • Moi aussi ! 

Et pouf, l’échange est déjà parvenu à une somme nulle. Tu me donnes, je te rends. Comme ça on ne se doit rien. Comme ça, je ne garde rien en moi, vraiment. 

Sauf que ce n’est pas ça l’amour inconditionnel. 

Ce n’est pas recevoir d’une personne pour lui redonner en retour immédiatement après, et la même chose que ce qu’il a donné.  

Ce n’est pas “parce que je reçois, alors, je dois quelque chose en retour”.

Ce n’est pas “parce qu’on me donne, et que je ne suis pas digne -parce que je suis prétendument humble- je me dois de donner rapidement tout ce que j’ai pour compenser”. 

L’amour inconditionnel, comme son nom l’indique, n’impose aucunement un retour. 

Le retour est évidemment possible, mais il n’est jamais une obligation. 

Attendre de son enfant qu’il nous aime parce qu’on lui a tout donné au point de se sacrifier : ce n’est pas de l’amour inconditionnel. C’est du sacrifice

Attendre de son amour/amant qu’il nous dise qu’il nous aime parce que nous lui faisons beaucoup de chose pour lui/elle, ce n’est pas de l’amour inconditionnel. C’est de la dépendance

Attendre de ses amis qu’ils nous comprennent parce que nous faisons preuve de compréhension à leur égard, ce n’est pas de l’amour inconditionnel. C’est de la redevabilité.

Or, l’amour est un troc. Un échange de ce qu’on a de meilleur de soi-même, sans se priver, sans se sacrifier, sans se rendre dépendant, sans se rendre redevable, ou rendre l’autre en dette de ce que nous avons donné

L’amour inconditionnel, c’est un don

Et cela peut devenir un échange de dons répondant à des besoins exprimés. 

Si vous souhaitez que votre enfant vous aime, alors, demandez-lui son amour, son pardon, montrez-lui votre vulnérabilité. Offrez-lui cette exemple que l’amour n’est pas un sacrifice. 

Si vous souhaitez que votre amant vous aime, alors, exprimez lui vos besoins, faites vos demandes, et acceptez que si votre amant/amour ne sait pas comment les remplir, il y ait une flagrante incompatibilité. Offrez-lui (et offrez-vous) la leçon que l’amour est une correspondance, pas une dépendance. 

Si vous souhaitez que vos amis vous aiment, alors faites vos demandes de manière claire. 

Offrez-leur la possibilité de vous combler, non parce que vous leur donnez ce que vous n’osez pas demander, mais parce que vous donnez le meilleur de vous-même, et que vous espérez le meilleur de vous-même. 

Alors pour vous aider dans cette pratique, je vous invite à un petit changement : 

La prochaine fois que quelqu’un vous dit “Je t’aime”. Ne répondez pas tout de suite “moi-aussi”.

Souriez, recevez ce qui est donné et attendez de sentir le pouvoir transformateur du don. 

Et lorsque vous vous sentirez prêt (et non redevable), vous pourrez le dire à votre tour. 

(mais dans ce dernier cas, pensez à dire au receveur de ne pas répondre non plus immédiatement)

#Coachingrelationnel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.